Les Pays-Bas disent adieu aux gobelets et contenants jetables

Les Pays-Bas disent adieu aux gobelets et contenants jetables

Depuis le 1er janvier 2024, les emballages jetables sont interdits pour la consommation sur place. L'année dernière, une loi a également été introduite pour les plats à emporter. Malheureusement, la loi aux Pays-Bas n'est pas bien structurée et un sentiment de confusion prévaut dans le secteur.

30 janvier 2024 Karl Beerenfenger

Le passage des emballages à usage unique aux emballages réutilisables constitue une étape importante vers une économie véritablement circulaire. Nous évitons ainsi le gaspillage de matières premières sur les emballages dont nous n’avons parfois besoin que pour quelques minutes. Mais quelles sont exactement les (nouvelles) réglementations ? Et où est-ce que ça va mal ? 

Où en sommes-nous en ce moment ? Un aperçu.

40 % de gobelets et contenants jetables en moins d’ici 2026

Les Pays-Bas veulent se débarrasser de l’utilisation inutile de matières premières, des montagnes de déchets et des détritus. La réutilisation des emballages est un bon moyen d’éviter cela. Aux Pays-Bas, nous jetons chaque jour 19 millions de gobelets en plastique et d’emballages alimentaires à usage unique. Le gouvernement s’est donc fixé un objectif ambitieux : réduire de 40 % les gobelets et contenants jetables en 2026 par rapport à 2022. L’année dernière, deux textes législatifs sont entrés en vigueur pour atteindre cet objectif, pour la vente à emporter (consommation nomade). ). ) et le dîner sur place (consommation sur place), également connu sous le nom de législation Single Use Plastic ou SUP. La transition des emballages jetables vers les emballages réutilisables a été amorcée.

La législation en bref

Vente à emporter (consommation sur le pouce et livraison de repas à domicile)

À partir du 1er juillet 2023, un supplément devra être facturé pour les gobelets jetables et les emballages alimentaires à usage unique contenant du plastique. De plus, il est obligatoire de proposer une alternative réutilisable. Cela peut être : soit proposer vous-même des emballages réutilisables, soit faciliter le BYO (Bring Your Own), ou les deux. 

Dîner sur place (consommation sur place)

A partir du 1er janvier 2024, proposer des gobelets et des emballages alimentaires réutilisables est obligatoire. Vous ne pouvez continuer à utiliser des emballages jetables que si vous pouvez collecter séparément plus de 75 % (volume en poids) et les proposer à un recyclage de haute qualité. Ce pourcentage passera à 90 % en 2027. Un recyclage de haute qualité signifie du gobelet à gobelet ou de récipient à récipient, et non des matériaux de mauvaise qualité comme le papier toilette ou les poteaux en bordure de route.

Législation sans application 

Fin 2023, la législation sur la consommation sur place a soudainement suscité un émoi : les fabricants de produits jetables ont fait pression pour un report et un affaiblissement de la législation. Dans le sentiment et l’incertitude entourant la législation SUP, les deux motions ont été adoptées avec une faible majorité. Une lettre aux partis politiques signée par 50 partis n’a servi à rien. Le secrétaire d’État sortant Heijnen a été confronté à un choix difficile : maintenir la législation et ainsi s’en tenir à la ligne de ces dernières années ou affaiblir la législation et ainsi se conformer aux propositions. Elle a choisi une voie médiane : la législation est restée en vigueur, mais son application a été affaiblie. L’Inspection de l’environnement humain et des transports (ILT) a été invitée par Heijnen à ne pas appliquer la taxe SUP et les exceptions jetables pour la consommation sur place. Elle laisse la décision d’exécuter ou non les requêtes à son successeur.

 

En raison des motions, l’interdiction des gobelets jetables et des emballages alimentaires contenant du plastique comme emballage ne sera pas appliquée : contient au maximum 5 % de plastique, peut être recyclé à 100 %, il est démontrable que 75 % sont collectés et proposés au recyclage et une notification est nécessaire. fait à ILT

La taxe SUP manque la cible

Début 2022, nous avions déjà appelé avec Mission Reuse à rendre la législation claire et simple, à se concentrer sur la réutilisation des systèmes du monde des affaires et à ne pas rejeter la responsabilité sur le consommateur. Le gouvernement néerlandais a proposé une taxe SUP mal conçue qui n’a pas pu résoudre le problème du jetable. Même après l’entrée en vigueur de la loi sur les mesures à emporter, nous avons indiqué pourquoi la législation manquait la cible . 

Rendre la réutilisation courante

Au cours des dernières décennies, notre société s’est habituée aux emballages jetables. La vie jetable , terme mentionné pour la première fois dans l’Amérique d’après-guerre, offrait « la commodité et le luxe pour tous ». Les Pays-Bas sont également devenus une société du jetable, avec une culture du café à emporter plus forte que dans les pays voisins. Mais désormais, les gens qui possèdent leur propre gobelet réutilisable ne sont plus regardés d’un air étrange. La route vers la réutilisabilité a été lancée. Retour au réutilisable, il faut le dire. Les alternatives réutilisables redeviennent lentement mais sûrement courantes . 

Un exemple est « Die Mok », un divertissement du hit « Dream On » du groupe néerlandais Eurohouse à succès 2 Brothers au 4ème étage dans les années 1990 . Ils ont présenté cette version BYO dans l’émission télévisée « Even Tot Hier ».

Réutiliser le futur

Lorsqu’on lui a demandé ce qu’il pensait de la décision de Heijnen, un fournisseur d’emballages réutilisables a répondu : « Nous voyons seulement de nouvelles entreprises changer. » L’AD a appelé les 20 plus grands employeurs des Pays-Bas : ils se tournent tous vers le réutilisable. Après un projet pilote réussi avec Mission Reuse, la chaîne de cinéma Pathé passe également à un système de gobelets réutilisables dans ses 30 sites . L’organisme chargé de l’application de l’ILT conseille donc : passez à la réutilisation, vous n’aurez alors pas à déclarer ni à conserver de registres. 

Mais les entreprises n’innoveront pas, n’investiront pas (ou ne changeront pas de modèle économique) sans une législation directrice ou des incitations économiques. Il est donc important que les fournisseurs de solutions réutilisables se sentent soutenus par un gouvernement stable. 

Meilleures pratiques autres pays

  • La France impose le réemploi pour la consommation sur place, sans exception
  • Le Luxembourg a publié une législation prévoyant des mesures de réutilisation supprimant progressivement les emballages à usage unique. 
  • L’Autriche a fixé en novembre un objectif contraignant et exécutoire de 25 % d’emballages de boissons réutilisables d’ici 2025. 
  • La Suède s’est fixé un objectif de réduction de 50 % des tasses et des récipients repas d’ici 2026.
  • Paris mise sur des gobelets et contenants repas réutilisables lors des JO 2024
  • La ville danoise d’Aarhus a récemment lancé un premier système de réutilisation à l’échelle de la ville (en commençant par les gobelets) avec des points de collecte pratiques dans les espaces publics et largement aligné sur le projet européen développé par RSVP .
  • La commune allemande de Tübingen impose depuis 2022 une taxe sur les emballages jetables pour aliments et boissons.

Dirigeants de notre propre pays :

  • En juillet 2023, la commune de Leiden a été la première commune à introduire dans toute la ville une tasse (à café) réutilisable avec consigne 
  • L’industrie de la restauration de Tilburg lance Tilly avec carnaval , un système de gobelets rigides à parapluie auquel participent tous les bars
  • Le secteur néerlandais de la bière montre depuis des années à quoi ressemble un système de réutilisation étendu et efficace
  • Les grands stades de football tels que le PSV , Groningen , Twente , Willem II , De Graafschap et le RKC utilisent ou sont sur le point d’utiliser des gobelets rigides réutilisables.
  • Les vingt plus grands employeurs se tournent vers le réemploi 
  • McDonalds , Rabobank et NS sont passés au réutilisable

Conclusion

La transition des emballages jetables vers les emballages réutilisables a désormais véritablement commencé. Selon le Conseil de l’Environnement et des Infrastructures, le gouvernement doit « mettre en œuvre une politique axée sur l’élimination progressive de la société du jetable, qui fait obstacle à la transition vers une économie durable et circulaire ». Cela nécessite un gouvernement actif qui prend le contrôle et donne le bon exemple. Peut-être que dans quelques décennies, nous regarderons en arrière et nous demanderons pourquoi nous avons gaspillé autant de matériaux pendant tout ce temps. 

Curieux d’en savoir plus ?

Karl Beerenfenger de Mission Reuse (un programme de transition commun d’Enviu, Natuur & Milieu et Recycling Netwerk Benelux) est disponible pour des réponses et des interviews.

Détails du contact

Karl Beerenfenger – karl.beerenfenger@recyclingnetwerk.org – 06-18632023