La ‘prime de retour’ sur les canettes s’avère être un flop coûteux 

La ‘prime de retour’ sur les canettes s’avère être un flop coûteux 

L'expérience "prime retour" menée par le patronat wallon (5 euros par 100 canettes rapportées) n'a pas réussi à empêcher les canettes de se retrouver dans les déchets sauvages. En outre, le système semble être beaucoup plus coûteux qu'un système de consigne. 

18 oktober 2021 Recycling Netwerk

C’est ce qui ressort du rapport final de Be Wapp, rapporté aujourd’hui par le journal belge Le Soir.

Lorsque le gouvernement wallon a commencé à réfléchir à la consigne en 2016, Fost Plus, la fédération du commerce Comeos et la fédération de l’alimentation Fevia ont créé l’asbl Be WaPP. Cette asbl organise, entre autres, des campagnes de nettoyage. Be WaPP a également mis en place un projet pilote avec ces “primes de retour” pour les canettes : dans 18 communes wallonnes, des habitants ont reçu un bon de 5 euros par 100 canettes qu’ils ont déposées dans un distributeur ou à un guichet communal.

Le rapport final de l’expérience montre que l’on ne peut pas conclure que le projet pilote a eu un quelconque effet sur le nombre de canettes dans les déchets sauvages. En fait, les données suggèrent que la diminution qui s’est produite plus tard dans le projet est probablement due aux mesures liées au Covid-19. Plus d’informations dans notre note ci-dessous https://recyclingnetwerk.org/wp-content/uploads/2021/10/NL-Be-Wapp-rapport-analyse.pdf.

Le coût du système de prime de retour est élevé. Le projet a eu un coût de 791.072,40 euros, soit 28 centimes d’euro par canette retournée (page 64 du rapport BeWapp) et n’a couvert que le territoire de 18 communes wallonnes. En comparaison, dans le cadre du système de consigne norvégien Infinitum, les producteurs paient 0,3 centime d’euro par canette pour les collecter séparément, ce qui permet de réduire de 70 à 90 % le nombre de canettes dans les déchets sauvages dans toute la Norvège. Le système de prime de retour Be WaPP est donc tout sauf rentable.

 

Proposition de décret pour la consigne

Le gouvernement wallon a écrit dans son accord de coalition de 2019 qu’il introduira soit un système de prime de retour, soit un système de consigne : “Après évaluation des expériences pilotes actuelles, le Gouvernement défendra la mise en œuvre progressive, à l’échelle de la Belgique, d’un système de consigne ou de prime de retour pour les canettes et les bouteilles PET, qui soit viable économiquement, efficace et qui permette d’obtenir des gains environnementaux et de propreté publique. Le  Gouvernement réformera le système d’obligation de reprise et conclura, sur cette base, un accord de coopération entre les trois Régions. À défaut d’accord d’ici 2021, un système d’agrément sera prévu au niveau régional. Le développement de filières de réemploi et de recyclage en Wallonie sera encouragé dans le cadre des réformes relatives à la responsabilité élargie du producteur“, écrit la coalition gouvernementale PS, MR et Ecolo à la page 29 de l’accord de coalition.

Le débat sur l’introduction de la consigne reprendra demain, au sein de la Commission de l’environnement du Parlement wallon, Les députés wallons du CDH Matagne, Desquesnes, Goffinet, Antoine, Bastin et Dispa (CDH) ont déposé une proposition de décret visant à introduire la consigne. Au sein de la commission, Be Wapp présentera également son rapport final sur l’expérience des primes de retour.

 

Prime de retour financée par les opposants à la consigne

Fost Plus, une organisation qui est contre la consigne et le déclare publiquement, a financé l’expérience Be Wapp. Cette expérience a coûté 791 072,40 euros.

Encore plus intrigant, Le Soir du 23 septembre 2021 a laissé filtrer un accord secret conclu en 2016 entre le ministre wallon de l’Environnement de l’époque et les sociétés associées à Comeos, Fevia Wallonie et Fost Plus. L’article 13 de cet accord stipulait que Be Wapp mettrait un terme au financement de la campagne si le gouvernement wallon osait introduire une consigne.

Heureusement, l’actuelle ministre wallonne de l’Environnement, Céline Tellier, a déjà réagi en déclarant que le gouvernement wallon actuel n’est plus lié par cet accord.

Bref, plusieurs éléments indiquent donc que le “projet pilote prime retour” de Fevia, Comeos et Fost Plus était principalement destiné à retarder de quelques années le débat sur l’introduction de la consigne.

Lisez ici notre évaluation détaillée du rapport sur le projet pilote de prime de retour Be WaPP: https://recyclingnetwerk.org/wp-content/uploads/2021/10/NL-Be-Wapp-rapport-analyse.pdf.

 

Dans les médias:

Le Soir, Canette: la prime de retour améliore peu la propreté publique

La Libre, L’échec de la prime de retour des canettes remet la consigne au centre du débat

L’Echo, Une consigne sur les canettes, le parlement en parle

Vivreici, “Taper dans le portefeuille des cochons”: la consigne sur les canettes plait à Yvoir et Anhée

La Nouvelle Gazette, Consigne les canettes? Le plaidoyer du député Desquesnes (Soignies) fait son chemin

RTBF, Canettes : sempiternel débat sur la consigne

Matélé, https://www.matele.be/actu-du-19-10-2021

%d bloggers liken dit: