FACTCHECK: Les taux de recyclage réels sont inférieurs à ce que Fost Plus prétend

FACTCHECK: Les taux de recyclage réels sont inférieurs à ce que Fost Plus prétend

7 juni 2018 Chloe Schwizgebel
  • En Belgique, les bouteilles et flacons en plastique, les canettes et les cartons à boissons sont collectés via le sac bleu. Les autres emballages vont avec les déchets résiduels. Le système du sac bleu est bien établi. Les citoyens sont incités par le prix à utiliser ce sac bleu et, comme la collecte a lieu à domicile, il est intéressant et facile pour les citoyens de participer.

Fost Plus est responsable du sac bleu. Cette organisation organise la collecte et le recyclage des emballages au nom des supermarchés et des producteurs de boissons. En mai 2018, Fost Plus a publié ses chiffres sur le recyclage des emballages mis sur le marché. Recycling Netwerk examine de plus près ces chiffres dans cet article. Les chiffres apparaissent être plus élevés que ce qui est réellement recyclé.

Les chiffres du recyclage selon Fost Plus

Selon le rapport annuel de Fost Plus (publié en 2018 pour 2017), 89,1% de tous les emballages sont recyclés. En Belgique, le recyclage est calculé comme suit: c’est le poids collecté qui est comptabilisé comme recyclé. Les entreprises qui mettent des produits sur le marché doivent déclarer à Fost Plus le poids total d’emballage qu’elles mettent sur le marché. Fost Plus collecte ces emballages via le sac bleu et détermine le poids des différents types d’emballages collectés. Ce chiffre est ensuite comparé à la proportion déclarée à Fost Plus.

Cette approche amène diverses erreurs dans le rapportage. Chacune de ces erreurs conduit les chiffres à être plus élevés que la réalité. Les facteurs suivants jouent un rôle à cet égard :

  1. Environ 5 à 10% des emballages du sac bleu sont achetés dans d’autres pays (principalement aux Pays-Bas et en France). Ces emballages sont ajoutés aux chiffres du recyclage (le numérateur de la fraction) mais sont absents des chiffres des emballages mis sur le marché (le dénominateur de la fraction). En raison des différences de prix entre les pays, l’effet inverse est beaucoup plus faible (see OVAM, 2015).
  2. Il s’agit d’une déclaration volontaire de la part des entreprises qui mettent les emballages sur le marché. Cela entraîne deux problèmes.
    Tout d’abord, il y a la question des passagers clandestins : les entreprises qui mettent des emballages sur le marché en Belgique sans être déclarées à Fost Plus. L’étude sur la consigne de l’OVAM estime ce chiffre à environ 8%. Les emballages de ces entreprises finissent tout de même dans le sac bleu (le numérateur de la fraction) et font ainsi augmenter artificiellement les chiffres du recyclage.
    Deuxièmement, l’auto-déclaration des entreprises membres n’est pas sans faille. Il peut y avoir une sous-déclaration, ce qui conduit à nouveau à des taux de recyclage artificiellement élevés. L’ampleur de ce phénomène n’est pas certaine.
  3. Enfin, le tri et la détermination de la proportion des déchets d’emballages ne sont pas non plus parfaits. Après le tri, il peut par exemple rester des emballages d’autres matières dans le flux. De même, dans le cas du plastique, il peut s’agir de la bonne matière pas d’une bouteille. Ou encore, l’emballage est alourdi par la saleté et l’humidité. L’effet de ces erreurs diffère selon le flux de déchets.

Le tableau 1 ci-dessous présente les chiffres de recyclage de Fost Plus pour 2017. Nous abordons successivement les chiffres du recyclage du verre, des métaux (avec un accent sur les canettes), des cartons à boissons et des bouteilles en plastique.

Tableau 1 : Chiffres du recyclage en Belgique tels que rapportés par Fost Plus (Fost Plus. Rapport annuel 2017)

1. Verre

Selon Fost Plus, le recyclage du verre est estimé à 114,5% (tableau 1). Il s’agit d’une erreur d’au moins 14,5 points de pourcentage et probablement bien plus. En supposant qu’il n’y ait pas de fraude, cela indique que la part combinée des passagers clandestins, des achats à l’étranger et des inexactitudes de tri est très élevée.

Les chiffres du rapport annuel 2017 de Fost Plus montrent qu’en Flandre, les membres de Fost Plus mettent 171 099 tonnes d’emballages en verre sur le marché et que 195 928 tonnes sont recyclées (1).

En Flandre, 2,11 kg d’emballages en verre par habitant et par an finissent dans les ordures ménagères résiduelles (qui ne sont pas recyclées). C’est ce que montre une analyse du tri des déchets ménagers réalisée par l’OVAM en 2013 et 2014 (2). Avec une population de 6 516 011 habitants, cela représente un total de 13 749 tonnes de verre. C’est donc 8,0 % du verre mis sur le marché en 2017, qui n’est donc déjà pas recyclé.

La mesure des déchets sauvages commandée par Limburg.net montre que 13,96 % des déchets sauvages (en poids) sont constitués d’emballages en verre (3). Ce pourcentage appliqué à la quantité totale de déchets sauvages en 2015, soit 27 427 tonnes, représente environ 3 829 tonnes de verre dans les déchets sauvages (4) (5). Il s’agit en partie d’achats à l’étranger (5-10%) et d’emballages provenant de passagers clandestins (8%). Si l’on corrige ces chiffres, on trouve entre 3 140 et 3 331 tonnes de verre d’emballage dans les déchets sauvages. Cela représente 1,8% à 1,9% de ce qui a été mis sur le marché flamand par les membres de Fost Plus en 2017. Cette partie du verre n’est pas non plus recyclée.

Ajouté aux 8% de verre dans les déchets résiduels, il y a donc 9,8-9,9% de verre qui n’est pas collecté sélectivement. Un maximum de 90,1% à 90,2% du verre d’emballage peut donc être recyclé. Les 114,5 % cités par Fost Plus sont donc au moins 24,3 points de pourcentage trop élevés. Le verre est également présent dans les déchets résiduels des entreprises et dans les détritus non collectés, de sorte que les chiffres réels du recyclage sont probablement encore plus bas.

En ce qui concerne spécifiquement le verre, il convient de noter que les produits en verre (cassés) tels que les vases, les verres ou les bougeoirs peuvent également se retrouver dans les déchets d’emballages en verre. Il est également possible qu’une partie des bouteilles réutilisables soit incluse dans les chiffres du recyclage des emballages en verre non réutilisables. Il en résulte que le calcul ci-dessus surestime probablement encore le recyclage réel du verre.

Le marché belge des emballages en verre s’oriente également de plus en plus vers les emballages à usage unique pour boissons. La quantité de bouteilles réutilisables a diminué pendant plusieurs années consécutives (voir le graphique 1 ci-dessous). Cette information ne se trouve pas dans le rapport annuel de Fost Plus, mais peut être trouvée dans le rapport d’activité de la Commission interrégionale de l’emballage (6).

Graphique 1 : Évolution des emballages de boissons réutilisables

Selon l’article 3,§1, 2º de l’accord de coopération adopté en 1996, il faut veiller à ce que : “la proportion d’emballages réutilisables pour les mêmes marchandises mises sur le marché ne diminue pas par rapport à l’année précédente.” (7) Ce passage a été réaffirmé dans l’accord de coopération entre les Régions de 2008, et il s’applique aux entreprises (8).

La diminution des emballages réutilisables sur un marché en pleine croissance implique un passage des emballages réutilisables aux emballages jetables. Cela viole l’accord de coopération, qui est la base de la reconnaissance de Fost Plus.

2. Métal

Le recyclage des emballages métalliques tels que les canettes et les boîtes de conserve est estimé par Fost Plus à 102,6 % en 2017. Mais selon l’étude sur la consigne de l’OVAM, seulement 51% des canettes sont collectées via le sac bleu (9). Sur les 19 465 tonnes de canettes (aluminium plus acier), seules 9 999 tonnes font l’objet d’une collecte sélective (voir également le tableau 2 ci-dessous). Les chiffres élevés du recyclage sont obtenus parce que les métaux provenant des cendres résiduelles des incinérateurs sont ajoutés aux chiffres du recyclage des emballages.

Tableau 2 : Analyse de l’impact de l’introduction de la consigne sur les emballages de boissons à usage unique (OVAM, 2015)

Dans ce processus, le métal provenant des matériaux autres que les emballages et récupéré dans les mâchefers est également ajouté aux chiffres du recyclage des emballages. Par exemple, le métal d’un cintre contribue au poids du fer blanc qui est recyclé. Cela crée un chiffre de recyclage arbitraire et excessif, encore une fois parce que le numérateur de la fraction augmente sans ajuster le dénominateur.

Une étude néerlandaise sur les coûts et les effets de la consigne montre également qu’environ 38 % de l’aluminium est perdu lorsqu’il aboutit dans un incinérateur (10). Toutefois, les Pays-Bas disposent d’incinérateurs de déchets plus modernes avec des installations de séparation de l’aluminium plus modernes. On s’attend à ce que les pertes soient encore plus élevées en Flandre.

3. Cartons à boisson

Fost Plus estime le recyclage des briques de boisson à 91,0 %. Ce chiffre est inférieur de 8,4 % à celui de 2016. Cette forte diminution n’est pas expliquée dans le rapport annuel de Fost Plus.

Selon l’analyse de tri susmentionnée de l’OVAM, 1,45 kg de cartons à boissons par habitant se retrouvent dans les déchets résiduels, déchets qui ne sont pas recyclés (11). Contrairement aux métaux, les cartons à boissons ne peuvent pas être récupérés dans les cendres résiduelles des incinérateurs. Pour l’ensemble de la Flandre, cela signifie que 9 448 tonnes de cartons à boissons sont perdues dans les déchets résiduels.

Selon le rapport annuel de Fost Plus, 17 427 tonnes sont mises sur le marché en Belgique. À l’échelle de la Flandre, cela représente 10 029 tonnes.

Si l’on ne tient pas compte du fait qu’une partie des cartons à boisson se retrouve dans les déchets sauvages, les poubelles publiques et les poubelles résiduelles des entreprises, on parle de (10 029-9 448)/10 029 = 5,8% de recyclage.

Ce chiffre indique clairement une forte sur-estimation du taux de recyclage réel. Une explication possible est que les cartons à boissons sont beaucoup plus contaminés que les autres emballages. Ainsi, les emballages contenus dans les déchets résiduels et dans le sac bleu sont plus lourds. Cela pourrait également expliquer pourquoi les deux chiffres divergent autant.

Le degré de contamination des cartons de boissons n’a pas été établi en Flandre, mais il existe des analyses à ce sujet aux Pays-Bas. Selon une analyse d’Eureco, les cartons à boissons représentent 2,6% des déchets résiduels néerlandais. Plus de la moitié de ceux-ci (1,5%, soit relativement 57,7%) est constituée d’humidité et de saleté (12). Si, sur la base des données néerlandaises, nous retirons la part d’humidité et de saleté des cartons à boissons dans les déchets résiduels flamands, nous concluons que 9 448*(1-0,577) = 3 997 tonnes de cartons à boissons ne sont pas recyclées. Nous supposons également que 5 à 10 % de ce résultat provient de l’étranger et que 8% provient des passagers clandestins. Si nous corrigeons cela, nous constatons que 3 277 à 3 477 tonnes de cartons à boissons mises sur le marché par les membres de Fost Plus ne sont pas recyclés.

La mesure effectuée par Limburg.net montre que 0,24 % du poids des déchets sauvages est constitué de cartons de boissons (13). Ce pourcentage appliqué à la quantité totale de déchets sauvages en 2015, soit 27 427 tonnes, représente environ 23 à 24 tonnes de cartons à boissons dans les déchets sauvages (14) (15). Corrigé des achats à l’étranger, des passagers clandestins, de l’humidité et de la saleté, cela représente 0,2% de ce qui a été mis sur le marché flamand par les membres de Fost Plus en 2017.

Les calculs montrent qu’environ 3 300 à 3 501 tonnes de cartons à boissons ne sont pas collectées sélectivement et ne sont donc pas recyclées. Cela signifie qu’un maximum de 64,4 à 66,4% des cartons à boissons sont collectés et recyclés via le sac bleu.

Si la part des cartons à boissons dans les poubelles résiduelles des entreprises est également corrigée, le chiffre du recyclage sera plus faible.

Ce calcul doit surtout permettre de déterminer dans quelle mesure le chiffre de 91,0% de recyclage a été surestimé.

4. Bouteilles en plastique et flacons

Méthode de calcul 1

Fost Plus estime le recyclage des bouteilles et flacons en plastique à 82,9%.

Chaque année, les membres de Fost Plus déclarent mettre 84 990 tonnes de bouteilles et de flacons en plastique sur le marché belge. À l’échelle de la Flandre, cela représente 48 913 tonnes de bouteilles et flacons en plastique mises sur le marché.

Selon le rapport annuel de Fost Plus, le pourcentage de recyclage des seules bouteilles en PET est encore plus élevé, avec 87,7 %. Il est toutefois peu probable que le taux de collecte spécifique aux bouteilles en PET soit plus élevé que le taux moyen des bouteilles et flacons, car une part importante des bouteilles en PET est consommée hors foyer et y est également éliminée. Pour la suite des calculs, nous avons donc retenu le chiffre de 82,9%.

La manière dont les chiffres du recyclage des emballages peuvent être surestimés a été indiquée plus haut dans ce document. Si nous corrigeons les différentes raisons qui conduisent à une surestimation du recyclage des bouteilles en plastique, nous pouvons conclure qu’il y a probablement une surestimation d’au moins 20-25% pour les bouteilles de boisson en plastique collectées (sur 100% des emballages) (16).

Le chiffre de 82,9% est ensuite corrigé ; un maximum de 62,2 à 66,3% des bouteilles en plastique est recyclé.

Le pourcentage de recyclage est encore plus faible lorsque les erreurs de tri et/ou les pertes de recyclage sont également prises en compte.

Méthode de calcul 2

Il est également intéressant d’examiner l’analyse du tri effectuée par l’OVAM. Selon cette analyse de tri, une moyenne de 2,98 kg, soit pour l’ensemble de la Flandre 19 104 tonnes, de bouteilles et flacons en plastique finissent dans le sac de déchets résiduels (17).

L’étude flamande sur la consigne (voir le tableau 2 ci-dessous), montre qu’en 2014, un total de 32 040 tonnes de PET a été mis sur le marché flamand pour un total de 50 170 tonnes de bouteilles et flacons en plastique. Nous partons de l’hypothèse qu’il y a relativement autant de bouteilles en plastique que de flacons qui finissent dans les déchets résiduels.

Cela signifie que 32 040/50 170*19 104 = 12 200 tonnes de bouteilles en plastique se retrouvent dans les déchets résiduels. Cela équivaut à un pourcentage de 38,1%. Si nous corrigeons ici environ 20-25% d’achats transfrontaliers, de passagers clandestins et d’humidité/saleté, nous trouvons qu’environ 28,6 à 30,5% des bouteilles en plastique sur le marché flamand finissent dans les déchets résiduels (9 150 à 9 760 tonnes).

Selon l’étude sur la consigne de 2015, les bouteilles et les canettes en plastique représentent environ 19 à 33 % du poids des détritus et des déchets dans les poubelles publiques (18). L’étude de Limburg.net donne un pourcentage en poids de 11,34% pour les canettes et de 6,67% pour les bouteilles en plastique, qui représentent ensemble 18,01%. Pour les calculs ultérieurs, une fourchette de 18 à 33% est donc utilisée.

Selon l’OVAM, en 2015, 27 427 tonnes de déchets sauvages et déchets jetés dans les poubelles publiques ont été éliminées par les municipalités et autres parties publiques telles que les agents de nettoyages (19). Afin de déterminer la proportion de canettes et de bouteilles, nous utilisons le comptage des déchets sauvages de Limburg.net. Un total de 52,4 kg de canettes et 30,8 kg de bouteilles ont été comptés. Cela signifie que les bouteilles représentent 37,0% du volume combiné des bouteilles et des canettes dans les déchets sauvages.

Sur la base de 27 427 tonnes de déchets, dont 18 à 33% d’emballages de boissons et 37% de bouteilles, ce sont 1 828 à 3 351 tonnes de bouteilles en plastique qui ne sont pas recyclées mais finissent parmi les déchets sauvages ou sont jetées dans les poubelles publiques. Nous corrigeons également ces chiffres pour les achats à l’étranger, les passagers clandestins et l’humidité/saleté, ce qui signifie que 1 371 à 2 680 tonnes de bouteilles en plastique provenant des membres de Fost Plus finissent parmi les déchets sauvages ou dans les poubelles publiques.

Si nous ajoutons cela aux 9 150 à 9 760 tonnes de bouteilles en plastique dans les déchets résiduels, nous pouvons conclure qu’entre 10 521 tonnes (32,8 %) et 12 441 tonnes (38,8 %) de bouteilles en plastique ne sont pas recyclées.

La conclusion selon la méthode de calcul 2 est qu’un maximum de 61,2% à 67,2% des bouteilles en plastique est recyclé.

Ces calculs comportent certaines incertitudes :

  1. L’analyse du tri des déchets résiduels présente également des imprécisions de mesure. Toutefois, les différences de résultats entre les périodes au cours desquelles les mesures ont été effectuées sont limitées.
  2. La proportion de bouteilles en plastique collectées auprès des entreprises via les déchets résiduels, par exemple, fait défaut. Si cela était mis en évidence, le chiffre du recyclage serait revu à la baisse.
  3. Il manque la proportion de bouteilles en plastique qui ne sont pas collectées dans les rues, sur les accotements et dans l’environnement mais qui finissent dans la soupe de plastique. Si cela était comptabilisé, le chiffre du recyclage serait revu à la baisse.
  4. Sur la base d’études sur les déchets sauvages (Limburg.Net), nous supposons que 18 à 33% du poids des déchets sauvages sont constitués de bouteilles en plastique et de canettes. Nous avons supposé que cela s’applique également aux déchets trouvés dans les poubelles publiques.
  5. Certains des déchets présents dans l’environnement ne sont pas considérés comme des déchets sauvages mais comme des déchets jetés par avion. Pensez, par exemple, à un sac poubelle rempli de déchets ménagers. Elle contient également une proportion de bouteilles en plastique, mais cette proportion est inconnue. Si cela était pris en compte, le chiffre du recyclage sera revu à la baisse.

Plus d’information: Rob Buurman, directeur Recycling Netwerk Benelux rob.buurman@recyclingnetwerk.org

Voetnoten

  1. Fost Plus rapporte des chiffres pour l’ensemble de la Belgique. Pour ce calcul et les suivants, nous calculons les quantités de déchets produits et recyclés pour la Flandre sur la base de la population de la Flandre (6.516.011) et de la Belgique (11.322.088) au 1er janvier 2017. Les chiffres sont ainsi comparables à d’autres chiffres collectés au niveau flamand.
  1. OVAM. 2015. Enquête sur l’analyse du tri des déchets ménagers 2013-2014.
  1. OWS. 2018. Compilation de litière de Limburg.net.
  1. IDEA Consult. 2018. Recherche sur les quantités et les coûts politiques des déchets sauvages en Flandre – Modèle théorique, analyse en grappes, échantillon.
  1. La quantité totale de déchets sauvages en 2015 comprend également les déchets évités qui se retrouvent dans les poubelles publiques. Pour le calcul, on suppose que la part relative du verre dans les poubelles publiques est la même que celle qui ressort de la mesure commandée par Limburg.net.
  1. IVC. 2017. Rapport d’activité 2016.
  1. 5 mars 1997 – Accord de coopération du 30 mai 1996 sur la prévention et la gestion des déchets d’emballages.
  1. 4 novembre 2008 – Accord de coopération sur la prévention et la gestion des déchets d’emballages.
  1. OVAM. 2015. “Analyse d’impact de l’introduction de la consigne sur les récipients de boissons à usage unique”.
  1. CE Delft. 2017. “Coûts et effets des consignes sur les petites bouteilles et les canettes”.
  1. OVAM. 2015. Enquête sur l’analyse du tri des déchets ménagers 2013-2014.
  1. Rijkswaterstaat. 2017. “Composition des ordures ménagères résiduelles, analyses de tri 2016”.
  1. OWS. 2018. Composition de la litière de Limburg.net.
  1. IDEA Consult. 2018. Recherche sur les quantités et les coûts politiques des déchets sauvages en Flandre – Modèle théorique, analyse en grappes, échantillon.
  1. La quantité totale de déchets sauvages en 2015 comprend également les déchets évités qui se retrouvent dans les poubelles publiques. Pour le calcul, on part du principe que la proportion relative de cartons de boissons dans les poubelles publiques est la même que celle qui ressort de la mesure commandée par Limburg.net.
  2. Achats étrangers 5-10%, passagers clandestins 8%, humidité et saleté 7% (En Flandre, à notre connaissance, il n’y a pas d’études publiques disponibles qui cartographient le degré de contamination des bouteilles PET triées. Des recherches ont été menées à ce sujet aux Pays-Bas. Une étude commandée par l’Afvalfonds (l’équivalent néerlandais de Fost Plus) estime que l’humidité et la saleté représentent 7 % du flux trié du PET. Source : Wageningen UR Food & Biobased Research. 2016.).
  3. Ce calcul utilise le chiffre de la population du 1er janvier 2014 car il calcule également la quantité de PET sur le marché flamand en 2014. À cette époque, la Flandre comptait 6 410 705 habitants.
  4. OVAM. 2015. Analyse de l’impact de l’introduction de la consigne sur les récipients à boisson à usage unique ; OWS. 2018. Compilation de litière de Limburg.net.
  5. IDEA Consult. 2018. Recherche sur les quantités et les coûts politiques des déchets sauvages en Flandre – Modèle théorique, analyse en grappes, échantillon.